Découvrez l’artiste K.Zia dans l’interview accordée à la rédaction de Rue241

Publié le Par La rédaction d’LBVnews - Mis à jour :

K.Z.ia est une artiste belge née d’un père comédien et une mère chanteuse. Elle est née à Bruxelles et a grandi entre Paris et Bruxelles. K.Zia, est le fruit de deux cultures. Originaire des Antilles par son père et du Congo par sa mère. Elle s’est confiée à la rédaction de Rue241.

La musique est dans son sang. K.Zia a épaté le monde musical à seulement 27 avec son album « Genesis ». Sa musique regorge plusieurs couleurs. Tantôt dans l’RNB et parfois dans le soul, l’artiste Zia séduit le monde.

Hormis la multiplicité des styles qu’elle a montré dans son album “Genesis”, en terme de message l’artiste a exploité des thèmes variés notamment le féminisme, la valorisation d’un style de vie libre et la célébration.

Rue241 : Qui est K.ZIA ? Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

K.ZIA : Je suis une chanteuse, compositrice, directrice artistique parmi d’autres choses... Née à Bruxelles, basée à Berlin… je suis une enfant du monde. Artiste indépendante, je construis ma communauté à travers l’art et me bats pour les valeurs qui me sont chères… l’amour, l’intégrité, la liberté...

Peux-tu maintenant nous raconter ce nouvel album « Genesis » ? De combien de titres est-il composé ? Quels sont les messages ? Qu’y a-t-il de nouveau dans ce projet ?

K.ZIA : « Genesis » est mon premier Album, mon premier grand bébé. J’ai effectivement sorti des singles et un EP depuis le début de ma carrière solo en 2018. Ces années ont été des années d’apprentissage, de recherche et de définition de mon art, de ma direction artistique, et de ma mission.

« Genesis » est le début de mon expression artistique avec une vision claire de mes objectifs et de ma voix. C’est le début de mon expression en tant que femme aussi, contrairement aux travaux précédents où j’étais ado et jeune adulte en même temps.

Pour finir, « Genesis » est l’introduction de mon alter ego ZIA qui chante en français et a une énergie distincte de mes chansons d’avant. Dans l’album, on retrouve deux facettes, et deux univers distincts. Celui de K.ZIA en anglais qui est plus R&B/Soul avec une énergie plus calme et bienveillante, et l’univers de ZIA l’alter ego qui chante en français, dans une robe plus pop afro-trap et un personnage plus énergique !

Comment définissez-vous la couleur musicale de « Genesis » ?

K.ZIA : « Genesis » est un cocktail de plein de couleurs et tons de par mon héritage multi culturelle. Et on découvre plusieurs facettes de moi à travers les deux personnages.

Que représente ce projet, et plus largement la musique pour vous ?

K.ZIA : Ce projet est le début d’une longue aventure. La musique est l’outil qui me permettra d’accomplir ma mission ici.

Dans les 5 ans qui viennent, où vous voyez-vous ?

K.ZIA : Tourner dans le monde avec ma musique, heureuse et en bonne santé pour pouvoir au mieux mettre en avant les personnes qui méritent d’être entendues.
Mais aussi partager le message universel de l’amour.

Envisagez-vous faire une tournée en Afrique pour que les africains vous découvrent ?

K.ZIA : Je ne suis pas entièrement méconnue dans certains pays du continent, j’ai déjà joué au Ghana et au Sénegal, et bien sûr, j’espère pouvoir en faire beaucoup plus ! C’est un de mes objectifs ! 

Quels sont les musiciens congolais que vous appréciez plus particulièrement ?

K.ZIA : Dans les anciens, je suis obligé de citer ’’Koffi Olomide’’ évidemment, qui a bercé mon enfance, ainsi que Papa Wemba. Ensuite dans les plus récents Fally Ipupa, Ya Lévis, Kobo…

Préparez-vous des collaboration avec des artistes congolais ?

K.ZIA : Oui ! Mais faut me suivre pour découvrir… je ne vais pas leaker des infos :)

Un mot pour notre média Rue241

K.ZIA : Je suis très heureuse de m’entretenir avec vous. Sinon, je suis hâte de revenir au pays partager et apprendre.

Propos recueillis par Boniface Malimingi Anatole

à lire aussi

Ouganda : les effets économiques de la montée des eaux du lac Albert sont dévastateurs
Climat Ouganda : les effets économiques de la montée des eaux du lac Albert sont dévastateurs
La fin du droit constitutionnel d’avorter aux États-Unis, un « coup dur pour les droits des femmes », selon l’ONU
Droits des femmes La fin du droit constitutionnel d’avorter aux États-Unis, un « coup dur pour les droits des femmes », selon l’ONU
Journée mondiale Plus d’un milliard de personnes dans le monde sont obèses selon l’OMS
RDC : près de 100 morts et 24 000 civils déplacés par les violences dans l’Ituri
Violences RDC : près de 100 morts et 24 000 civils déplacés par les violences dans l’Ituri