Karine Cécilia Arissani réagit à la cabale ourdie contre elle dans la presse gabonaise

Publié le Par La rédaction d’LBVnews - Mis à jour :

LBVnews vous livre le libre-propos de la plaignante Karine Cécilia Arissani qui traine notre confrère Depeches241 devant la HAC pour un article contre elle considéré comme un brûlot. Elle revient sur cette situation et le manque d’éthique de l’article incriminé. Lecture.

Un journaliste fait dans la recherche de l’équilibre de l’information. C’est à dire relater des faits avérés, faire des analyses objectives pour un bon rendu.
Je ne suis pas du corps du métier mais je me suis permise de faire des recherches pour en savoir un peu plus sur ce métier noble qui mérite respect.

Je respecte et ai toujours respecté tout compatriote qui travaille dans le métier du rendu de l’information( journaliste, présentateur, cameraman, maquilleuse, etc..). Je n’ai jamais eu d’écart de langage ou encore moins un manque de considération envers qui que ce soit plus petit ou plus agé que moi. Certains me surnomment même la bonne grande ou la bonne et gentille petite sœur.

La collecte, le traitement et le rendu de l’information sont et doivent être le triptyque autour duquel le métier de journalisme s’exerce. N’est pas journaliste et ne se déclare pas journaliste quiconque.
Le journalisme s’exerce. c’est à dire que le journaliste n’est pas là pour inventer/ supposer ou interpréter à la place de l’autre comme bon lui semble sans tenir compte de tous les contours surtout l’impact que peut causer son article ou son émission sur un/ des compatriotes.
« La liberté des uns s’arrêtent là où commence celles des autres. » Cette liberté ne s’use que lorsque l’on ne s’en sert pas.

Écrire sur une personnalité publique est normal mais ce qui me paraît anormal est de tenir des propos dont on a aucune preuve et d’inventer comme bon lui semble .
Souvent, ce sont des propos qui tendent à ternir de manière volontaire ou involontaire l’image d’un / des compatriotes. : cela s’appelle de la diffamation et je rajouterais de la méchanceté gratuite.
Le droit de publier est de mise et c’est faire de l’information. Mais interpréter, déformer l’esprit des propos à sa guise dans le but de salir et détruire un / une compatriote est inacceptable pour moi et pour beaucoup qui comme moi tout le temps des victimes .

Autant le droit d’informer est de mise, autant la loi donne quitus à tout compatriote qui se sent lésé de se retourner vers les autorités compétentes.

Au Gabon, malheureusement, le journaliste a le droit de tout dire, tout écrire et ce au nom de la liberté de la presse. Mais, pour si peu qu’un/une compatriote se sentant lésé, réagit envers le journaliste : là, on parle de l’atteinte à la liberté de la presse prôné par le chef de l’État , Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA et les instances internationales . On parle du compatriote qui veut défier la presse. On court vers les autres confrères pour lancer une fatwa sur le/ la compatriote en tirant à boulets rouge sur elle/ lui au nom de la solidarité entre confrère sans au préalable rechercher si oui ou non le confrère a raison ou s’il n’est pas allé trop loin.
Mieux, on te rappelle que même le chef de l’état qui est traité de tout ne réagit jamais alors pourquoi toi, tu veux réagir.

Insister et s’appuyer sur les efforts du chef de l’état qui permet l’éclosion d’une presse libre est vraie mais ce même président parle d’une presse libre qui respecte l’intégrité morale d’autrui.
Les efforts du chef de l’état qui prône une liberté de la presse dans le respect de l’intégrité morale d’autrui ne doivent pas être détruites par certains qui ont fait de ce métier noble des attaques, des règlements de compte envers des compatriotes ou être à la solde de personnes afin de régler des comptes à d’autres compatriotes dont la plupart sont du même bord politique.

Le Président de la République, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA fait de la liberté d’expression et de la presse son cheval de bataille. Cela ne veut pas dire ou ne donne pas le droit à certains de ternir de manière volontaire et souvent sur recommandations car le Gabon est un pays de verre , des honnêtes compatriotes qui ont toujours été fidèles, loyaux et engagés advienne que pourra envers le Président.

Cher frère et sœur journaliste, votre métier est noble et mérite respect : soyez en fier.

Citoyenne Karine Cécilia ARISSANI epse ONDONG NTOUTOUME.

à lire aussi

Tribune Ali Bongo est-il réellement le champion du climat qu’il prétend être à travers la planète ?
Aka ! A quoi sert un Premier ministre et son gouvernement au Gabon ?
Tribune Aka ! A quoi sert un Premier ministre et son gouvernement au Gabon ?
Lettre ouverte de Patrichi Tanasa après sa condamnation par la justice gabonaise
Libre propos Lettre ouverte de Patrichi Tanasa après sa condamnation par la justice gabonaise
Manifeste du 1er mai 2022 de Dynamique unitaire
Fête du travail Manifeste du 1er mai 2022 de Dynamique unitaire