Brice Oligui Nguema promet de ne pas toucher à son salaire de plusieurs centaines de millions par mois

Publié le Par La rédaction d’LBVnews - Mis à jour :

C’est ce qu’a annoncé à la surprise générale le porte-parole du CTRI hier soir. Brice Oligui Nguema conscient de l’état dégradé des finances publiques, a décidé ce 18 octobre de renoncer à son salaire de « président de la République » du Gabon évalué à plusieurs centaines de millions par mois.

Le général de brigade Brice Oligui Nguema qui a arraché le pouvoir à Ali Bongo au terme d’un coup d’Etat le 30 août, n’est visiblement pas interessé de se constituer un trésor de guerre. C’est en substance, le sens de l’annonce hier de sa décision de renoncer aux « traitements » dévolus à son statut de chef de l’Etat.

Il faut dire que montant du salaire du président au Gabon est la chose la plus secrète du monde. Personne ne sait combien gagne officiellement un président gabonais. On peut juste estimer que celui-ci avoisine plusieurs centaines de millions au regard des avantages et autres traitements dévolus aux présidents de l’Assemblée nationale ou du Sénat.

Durant la transition, Brice Oligui Nguema ne restera pas tout de même les poches vides. Il continuera à percevoir son salaire de commandant en chef de la garde républicaine. Fonction qu’il cumule avec celui de la ministre de la Défense et de la Sécurité depuis le coup d’Etat du 30 août.

à lire aussi

Le président de l’Assemblée nationale reçu en audience par Brice Clotaire Oligui Nguema
Audience Le président de l’Assemblée nationale reçu en audience par Brice Clotaire Oligui Nguema
Indépendance du Gabon an 62 : Discours à la nation d’Ali Bongo
Discours Indépendance du Gabon an 62 : Discours à la nation d’Ali Bongo
Communiqué final du conseil des ministres du Gabon du 23 février 2024
Communiqué Communiqué final du conseil des ministres du Gabon du 23 février 2024
Les premières images d’homme libre de l’opposant gabonais Roland Désiré Aba’a Minko
En images Les premières images d’homme libre de l’opposant gabonais Roland Désiré Aba’a Minko