Centrafrique : l’ONU souligne des progrès malgré un contexte sécuritaire et humanitaire préoccupant

Publié le Par Gabon Matin - Mis à jour :

Des progrès importants ont été réalisés dans la mise en œuvre de l’accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine, y compris la dissolution en avril de deux groupes armés ainsi que de factions de trois autres groupes armés - tous signataires de l’accord de paix, a fait valoir mardi la Représentante spéciale de l’ONU pour ce pays, Valentine Rugwabiza, devant le Conseil de sécurité.

« Cependant, les combattants résiduels affiliés aux branches de ces groupes armés doivent être rapidement désarmés et réintégrés pour que cette dissolution ait un impact significatif  », a mis en garde Mme Rugwabiza, implorant les partenaires de la RCA à apporter un soutien supplémentaire à la réintégration effective des combattants armés désarmés et démobilisés.

La cheffe de la Mission de paix en République centrafricaine s’est par ailleurs félicitée de l’approbation des projets par le Fonds pour la consolidation de la paix pour soutenir la réintégration socio-économique des ex-combattants en RCA et pour soutenir la cohésion sociale entre les rapatriés et les hôtes, qui seront tous deux mis en œuvre par les agences onusiennes, grâce à des allocations de 5 et 3 millions de dollars.

De nouveaux défis sécuritaires et humanitaires

Malgré s’être réjouie de l’extension de l’autorité de l’État à certaines des régions les plus reculées de la République centrafricaine, Mme Rugwabiza a constaté que les tensions croissantes et la détérioration rapide de la sécurité aux frontières du pays avec le Tchad, le Soudan du Sud et le Soudan représentent de nouveaux défis sécuritaires et humanitaires, depuis le mois d’avril et mai.

« Ces nouvelles menaces ont eu un impact sur l’environnement sécuritaire déjà complexe, obligeant la MINUSCA à rester flexible et mobile », a souligné la cheffe de la Mission, soulignant que « la MINUSCA a besoin de capacités aériennes suffisantes et adéquates pour maintenir son dispositif préventif et robuste ».

Elle a par ailleurs signalé que les engins explosifs continuent de représenter une menace importante pour les civils, les forces de maintien de la paix et les acteurs humanitaires.

« La MINUSCA continue d’apporter son soutien à l’atténuation de cette menace afin de créer un environnement de sécurité propice et une aide humanitaire efficace », a dit la cheffe de l’opération de paix, exprimant sa gratitude « aux pays contributeurs de troupes et de forces de police qui « continuent à servir même face à des actions hostiles  ».

L’impact humanitaire des crises dans les pays limitrophes

La Représentante a par ailleurs encouragé le gouvernement centrafricain à adopter « une approche holistique et coordonnée de la gestion des frontières » et a exhorté la RCA et ses pays voisins à continuer à s’attaquer à la question de la gestion des zones frontalières.

Suite au déclenchement du conflit au Soudan, a-t-elle signalé, le pays est confronté à un afflux de réfugiés et de rapatriés ayant un besoin urgent de protection et d’assistance.

Bien que des donateurs se soient manifestés le plan d’intervention humanitaire 2023 du pays « n’est financé qu’à 28 % », appelant à une adhésion plus importante « afin de répondre aux besoins les plus urgents des personnes en détresse ».

Selon la cheffe de la MINUSCA « une autre crise humanitaire » est en cours en RCA, à la frontière entre le pays et le Tchad.

« Depuis la mi-mai, des dizaines de milliers de personnes, principalement des femmes et des enfants, ont franchi la frontière entre le Tchad et la République centrafricaine, fuyant les violences dans la province tchadienne voisine du Logone », a informée Mme Rugwabiza, faisant part de sa récente visite dans les régions d’accueil.

« L’engagement conjoint du gouvernement centrafricain, de la MINUSCA et des partenaires humanitaires à fournir une réponse humanitaire forte et coordonnée, ainsi qu’une aide d’urgence, a rassuré les autorités locales, les communautés d’accueil et les Tchadiens déplacés », a-t-elle fait valoir.

Les prix des produits de base continuent d’augmenter, « doublant même dans les régions qui dépendaient des importations en provenance du Soudan », a signalé la Représentante qualifiant la situation économique du pays de « préoccupante ».

Aucun effort ne sera ménager quant à la politique de tolérance zéro

Mme Rugwabiza a rappelé que Nations Unies avaient rapatrié une unité de 60 militaires de la MINUSCA « à la suite de graves allégations d’exploitation et d’abus sexuels de la part de certains membres de l’unité », prenant « des mesures immédiates  ».

« La MINUSCA ne ménagera aucun effort pour prévenir de nouveaux cas et s’assurer que tout le personnel civil et en uniforme respecte la politique de tolérance zéro du Secrétaire général, notamment en renforçant les mesures de prévention et de réponse  », a affirmé la cheffe de la Mission.

Elle a également appelé « les pays contributeurs de troupes et de forces de police à continuer à renforcer leur rôle dans la lutte contre la traite des êtres humains  ».

Enfin, la cheffe de la MINUSCA s’est félicite de la poursuite de la « coopération constructive » entre le gouvernement centrafricain et la Mission. « La MINUSCA a aidé et continuera d’aider la République centrafricaine à créer un environnement politique et sécuritaire propice à une paix durable », a conclu Mme Rugwabiza.

à lire aussi

Les incendies incontrôlés vont augmenter de 50% d’ici à 2100, avertissent des experts
Réchauffement Les incendies incontrôlés vont augmenter de 50% d’ici à 2100, avertissent des experts
Soudan du Sud : l’ONU appelle à investir davantage pour éviter une crise alimentaire
Crisse Soudan du Sud : l’ONU appelle à investir davantage pour éviter une crise alimentaire
Haïti : l’ONU octroie 5 millions de dollars pour les besoins humanitaires causés par la violence des gangs
Violences Haïti : l’ONU octroie 5 millions de dollars pour les besoins humanitaires causés par la violence des gangs
Le Lac Tchad bientôt couvert par le cadre juridique de la Convention sur l’eau
Convention Le Lac Tchad bientôt couvert par le cadre juridique de la Convention sur l’eau