IA

Le chef de l’ONU annonce la création d’un comité consultatif sur l’intelligence artificielle

Publié le Par Gabon Matin - Mis à jour :

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a annoncé la création d’un nouvel organisme consultatif sur l’intelligence artificielle (IA) pour soutenir les efforts de la communauté internationale visant à gouverner l’IA.

« L’IA peut contribuer à inverser les progrès réalisés concernant les principaux objectifs de développement – mais tout cela dépend de l’exploitation responsable des technologies de l’IA par tous, y compris par les pays en développement qui doivent accélérer le développement durable  », a déclaré M. Guterres.

« La diffusion à grande échelle de ces technologies, sans se soucier de la sûreté et de la sécurité, suscite également des inquiétudes quant à l’intégrité de l’information et à la démocratie  », a-t-il ajouté.

Conversation mondiale

Selon lui, c’est la raison pour laquelle il a décidé d’organiser « une conversation mondiale, multidisciplinaire et multipartite sur les risques et les défis, les opportunités et la gouvernance de l’IA  ».

La création du Comité consultatif sur l’IA marque une étape importante dans les efforts déployés par les Nations Unies pour résoudre les problèmes de gouvernance internationale de l’intelligence artificielle.

La nouvelle initiative favorisera une approche inclusive à l’échelle mondiale, en s’appuyant sur le pouvoir fédérateur unique de l’ONU en tant que forum universel et inclusif sur des défis critiques.

Réunissant des experts gouvernementaux, du secteur privé, de la communauté scientifique, de la société civile et du monde universitaire, la composition mondiale, équilibrée entre les sexes et interdisciplinaire de l’organisme l’aidera à jouer un rôle unique en aidant l’IA à œuvrer pour l’humanité.

Les tâches immédiates de l’organisme consistent notamment à bâtir un consensus scientifique mondial sur les risques et les défis, à contribuer à exploiter l’IA pour atteindre les objectifs de développement durable et à renforcer la coopération internationale en matière de gouvernance de l’IA.

L’organisme contribuera à relier d’autres initiatives existantes et émergentes sur la gouvernance de l’IA et publiera des recommandations préliminaires d’ici fin 2023, avec des recommandations finales d’ici l’été 2024, avant le Sommet du futur.

La première réunion du comité aura lieu le 27 octobre 2023.

*****************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************Liste des membres du Comité consultatif sur l’IA

• Anna Abramova, directrice de l’Institut d’État des relations internationales de Moscou (MGIMO)-Centre universitaire d’IA, Fédération de Russie

• Omar Sultan Al Olama, ministre d’État chargé de l’intelligence artificielle des Émirats arabes unis, Émirats arabes unis

• Latifa Al-Abdulkarim, membre du Conseil de la Choura (Parlement saoudien), professeur adjoint d’informatique à l’Université King Saud, Arabie Saoudite

• Estela Aranha, conseillère spéciale du ministre de la Justice et de la Sécurité publique, gouvernement fédéral du Brésil, Brésil

• Carme Artigas, secrétaire d’État à la numérisation et à l’intelligence artificielle d’Espagne, Espagne

• Ran Balicer, directeur de l’innovation et directeur général adjoint de Clalit Health Services Israel, Israël

• Paolo Benanti, franciscain régulier du Tiers Ordre, maître de conférences à l’Université pontificale grégorienne, Italie

• Abeba Birhane, conseiller principal en responsabilité de l’IA à la Fondation Mozilla, Éthiopie

• Ian Bremmer, président et fondateur d’Eurasia Group, États-Unis

• Anna Christmann, coordinatrice aérospatiale du gouvernement fédéral allemand, Allemagne

• Natasha Crampton, directrice responsable de l’IA chez Microsoft, Nouvelle-Zélande

• Nighat Dad, directeur exécutif de la Digital Rights Foundation Pakistan, Pakistan

• Vilas Dhar, Président de la Fondation Patrick J. McGovern, États-Unis

• Virginia Dignum, professeur d’intelligence artificielle responsable à l’université d’Umeå, Portugal/Pays-Bas

• Arisa Ema, professeure agrégée à l’Université de Tokyo, Japon

• Mohamed Farahat, consultant juridique et vice-président du MAG de l’IGF Afrique du Nord, Égypte

• Amandeep Singh Gill, Envoyé du Secrétaire général pour la technologie

• Dame Wendy Hall, professeur Regius d’informatique à l’Université de Southampton, Royaume-Uni

• Rahaf Harfoush, anthropologue numérique, France

• Hiroaki Kitano, directeur de la technologie de Sony Group Corporation, Japon

• Haksoo Ko, président de la Commission de protection des informations personnelles (PIPC) de la République de Corée, République de Corée

• Andreas Krause, professeur à l’ETH Zurich, Suisse

• James Manyika, vice-président principal de Google-Alphabet, président pour la recherche, la technologie et la société, Zimbabwe

• Maria Vanina Martinez Posse, boursière Ramon et Cajal à l’Institut de recherche artificielle (IIIA-CSIC), Argentine

• Seydina Moussa Ndiaye, maître de conférences à l’Université Numérique Cheikh Hamidou Kane, Sénégal

• Mira Murati, directrice de la technologie d’OpenAI, Albanie

• Petri Myllymaki, professeur titulaire au département d’informatique de l’université d’Helsinki, Finlande

• Alondra Nelson, professeur Harold F. Linder à l’Institute for Advanced Study, États-Unis

• Nazneen Rajani, chercheuse principale à Hugging Face, Inde

• Craig Ramlal, responsable du groupe des systèmes de contrôle à l’Université des Antilles à St. Augustine, Trinité-et-Tobago

• He Ruimin, directeur de l’intelligence artificielle et directeur adjoint de la technologie numérique, gouvernement de Singapour, Singapour

• Emma Ruttkamp-Bloem, professeur à l’Université de Pretoria, Afrique du Sud

• Sharad Sharma, co-fondateur de la Fondation iSPIRT, Inde

• Marietje Schaake, directrice des politiques internationales au Cyber Policy Center de l’université de Stanford, Pays-Bas

• Jaan Tallinn, co-fondateur du Cambridge Centre for the Study of Existential Risk, Estonie

• Philip Thigo, conseiller auprès du gouvernement du Kenya, Kenya

• Jimena Sofia Viveros Alvarez, chef de cabinet et conseillère juridique en chef de la juge Loretta Ortiz à la Cour suprême du Mexique, Mexique

• Yi Zeng, professeur et directeur du laboratoire d’IA cognitive inspirée du cerveau, Académie chinoise des sciences, Chine

• Zhang Linghan, professeur à l’Institut de droit des données, Université chinoise de science politique et de droit, Chine

à lire aussi

Ali Bongo heureux comme jamais à l’investiture de son ami Recep Tayyip Erdogan
Voyage Ali Bongo heureux comme jamais à l’investiture de son ami Recep Tayyip Erdogan
Variole du singe : l’OMS décidera la semaine prochaine si le virus représente une urgence sanitaire internationale
Inquiétudes Variole du singe : l’OMS décidera la semaine prochaine si le virus représente une urgence sanitaire internationale
Laurence Ndong boycottée par le personnel de l’ambassade du Gabon en France
Diaspora Laurence Ndong boycottée par le personnel de l’ambassade du Gabon en France
La faim risque de se propager dans 22 pays dans le monde, prévient l’ONU
Rapport La faim risque de se propager dans 22 pays dans le monde, prévient l’ONU