Développement durable : le chef de l’ONU appelle à une transformation radicale du système financier mondial

Publié le Par Gabon Matin - Mis à jour :

Alors que le système financier mondial est incapable d’amortir efficacement les impacts des crises mondiales actuelles sur les pays du Sud, l’ONU a appelé vendredi à la nécessité urgente d’une augmentation significative du financement du développement durable.

« Les multiples crises d’aujourd’hui aggravent les chocs sur les pays en développement - en grande partie à cause d’un système financier mondial injuste, court-termiste, sujet aux crises et qui exacerbe les inégalités  », a averti le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, à l’occasion de la publication du rapport sur le Stimulus des ODD (Objectifs de développement durable).

« Nous devons augmenter massivement le financement abordable à long terme en alignant tous les flux de financement sur les ODD et en améliorant les conditions de prêt des banques multilatérales de développement », a souligné le chef de l’ONU. «  Le coût élevé de la dette et les risques croissants de surendettement exigent une action décisive pour mettre au moins 500 milliards de dollars par an à la disposition des pays en développement et convertir les prêts à court terme en dette à long terme à des taux d’intérêt plus bas »..

Un système financier qui fonctionne pour tous

À mi-chemin de l’échéance du Programme de développement durable à l’horizon 2030, les progrès sur les ODD ne sont pas là où ils doivent être. Pour inverser cette tendance, le Stimulus des ODD souligne la nécessité pour la communauté internationale de mobiliser des investissements pour les ODD - mais, ce faisant, de créer une nouvelle architecture financière internationale qui garantirait que le financement est automatiquement investi pour soutenir des transitions justes, inclusives et équitables pour tous les pays.

Le système financier mondial actuel - créé à l’origine pour fournir un filet de sécurité mondial en cas de choc - est celui dans lequel la plupart des pays les plus pauvres du monde ont vu leurs paiements au titre du service de la dette monter en flèche de 35% en 2022. La « grande fracture financière » continue de proliférer, laissant les pays du Sud plus sensibles aux chocs. Les pays en développement ne disposent pas des ressources dont ils ont besoin de toute urgence pour investir dans la relance, l’action climatique et les ODD, ce qui les met encore plus en retard lors de la prochaine crise - et encore moins susceptibles de bénéficier des transitions futures, y compris la transition verte.

En novembre 2022, 37 des 69 pays les plus pauvres du monde étaient soit à haut risque, soit déjà surendettés, tandis qu’un pays à revenu intermédiaire sur quatre, qui abritent la majorité des personnes extrêmement pauvres, courait un risque élevé de crise budgétaire. En conséquence, le nombre de personnes supplémentaires tombant dans l’extrême pauvreté dans les pays en situation de surendettement ou à haut risque de le devenir est estimé à 175 millions d’ici 2030, dont 89 millions de femmes et de filles.

Même avant la récente hausse des taux d’intérêt, les pays les moins avancés qui empruntaient sur les marchés internationaux des capitaux payaient souvent des taux de 5 à 8%, contre 1% pour de nombreux pays développés.

Compenser les conditions de marché défavorables

Le Stimulus des ODD vise à compenser les conditions de marché défavorables auxquelles sont confrontés les pays en développement grâce à des investissements dans les énergies renouvelables, la protection sociale universelle, la création d’emplois décents, les soins de santé, une éducation de qualité, des systèmes alimentaires durables, les infrastructures urbaines et la transformation numérique.

Augmenter le financement de 500 milliards de dollars par an est possible grâce à une combinaison de financements concessionnels et non concessionnels qui se renforcent mutuellement.

Les réformes de l’architecture financière internationale font partie intégrante de la relance des ODD. Comme le souligne le Programme d’action d’Addis-Abeba, le financement du développement durable ne se limite pas à la disponibilité de ressources financières. Les cadres politiques nationaux et mondiaux influencent les risques, façonnent les incitations, ont un impact sur les besoins de financement et affectent le coût du financement.

Le Stimulus des ODD définit trois domaines d’action immédiate :

Premièrement, s’attaquer au coût élevé de la dette et aux risques croissants de surendettement, notamment en convertissant les emprunts à court terme à taux d’intérêt élevé en dette à long terme (plus de 30 ans) à des taux d’intérêt plus bas.

Deuxièmement, augmenter massivement le financement à long terme abordable pour le développement, notamment en renforçant la base de capital des banques multilatérales de développement, en améliorant les conditions de leurs prêts et en alignant tous les flux de financement sur les ODD.

Troisièmement, étendre le financement d’urgence aux pays qui en ont besoin, notamment en intégrant des clauses de catastrophe et de pandémie dans tous les prêts souverains, et émettre plus automatiquement des droits de tirage spéciaux en temps de crise.

Rôle central des institutions financières internationales

Les institutions financières internationales restent au cœur de cet agenda. Dans l’immédiat, les banques multilatérales de développement peuvent agir de trois manières importantes.

Premièrement, les banques multilatérales de développement doivent augmenter massivement le volume des prêts, y compris les prêts concessionnels. Cela peut être réalisé en augmentant leurs fonds propres, en tirant mieux parti des capitaux existants et en mettant en œuvre les recommandations de l’examen du cadre d’adéquation des fonds propres du G20, et en réorientant les droits de tirage spéciaux via les banques multilatérales de développement.

Deuxièmement, les banques multilatérales de développement doivent améliorer les conditions de leurs prêts, notamment par des prêts à plus long terme, des taux d’intérêt plus bas, davantage de prêts en monnaies locales et l’inclusion de tous les pays vulnérables dans les programmes de prêt.

Troisièmement, les banques multilatérales de développement - ainsi que tous les acteurs publics et privés - doivent explicitement intégrer les ODD dans leur cadrage, leurs opérations et toutes les étapes du processus de prêt et des clauses de catastrophe et de pandémie doivent être intégrées dans tous les contrats de dette pour fournir un soulagement immédiat en période de crise.

Comme l’a souligné le Secrétaire général de l’ONU, la relance des ODD, bien qu’ambitieuse, est réalisable. Mais pour que cela se produise, « une volonté politique urgente de prendre des mesures concertées et coordonnées pour mettre en œuvre cet ensemble de propositions interconnectées en temps opportun est essentielle ».

à lire aussi

Le « raz-de-marée toxique » de la pollution plastique met en péril les droits de l’homme
Journée mondiale Le « raz-de-marée toxique » de la pollution plastique met en péril les droits de l’homme
Soudan : difficultés d’acheminement de l’aide dans un contexte d’escalade du conflit
Humanitaire Soudan : difficultés d’acheminement de l’aide dans un contexte d’escalade du conflit
Guerre en Ukraine : La fin de l’accord céréalier de la mer Noire déclenche une hausse des prix des denrées alimentaires
Inflation Guerre en Ukraine : La fin de l’accord céréalier de la mer Noire déclenche une hausse des prix des denrées alimentaires
France/Mort de Nahel : le policier auteur du tir mis en examen et placé en détention
Incompréhension France/Mort de Nahel : le policier auteur du tir mis en examen et placé en détention