Malcolm X : 57 ans après son assassinat, son influence résonne encore dans la communauté afro-américaine

Publié le Par La rédaction d’LBVnews - Mis à jour :

Malcolm X s’adressait à la communauté afro-américaine des États-Unis pendant le mouvement de lutte pour les droits civiques des années 1960, en établissant un lien avec leurs congénères afro-américains qui ont longtemps subi l’injustice. « Nous sommes tous dans le même bateau et nous allons tous endurer le même calvaire de la part du même homme. Il se trouve que celui-ci est un homme blanc », a-t-il déclaré dans un discours prononcé le 3 avril 1964.

« Nous avons tous souffert ici, dans ce pays, de l’oppression politique aux mains de l’homme blanc, de l’exploitation économique aux mains de l’homme blanc et de la dégradation sociale aux mains de l’homme blanc », déclarait-il. Malik el-Shabazz, qui a pris le nom de Malcolm X pour rappeler que son patronyme africain ancestral était inconnu, prêchait l’émancipation des Afro-Américains à une époque de l’histoire américaine où la société était dominée par les Blancs.

« Il est important de reconnaître Malcolm X et de lui accorder une attention particulière dans le cadre du mouvement des droits civiques, car il a livré l’une des critiques sociales les plus acerbes des États-Unis de cette époque », a déclaré le professeur Anthony Pinn, directeur du Centre d’études africaines et afro-américaines de l’université Rice. Anthony Pinn a déclaré à l’Agence Anadolu que Malcolm X avait soulevé des questions importantes sur les inégalités auxquelles étaient confrontés les Afro-américains à cette époque.

Il a ajouté que Malcolm X demeure important pour le mouvement des droits civiques aujourd’hui, alors que nous célébrons le mois de l’histoire des Afro-Américains en février. « Il a mis en évidence la manière par laquelle le privilège et le pouvoir des Blancs fonctionnent, ainsi que le défi que représente la tentative de changer la dynamique du pouvoir. Il a également soulevé des questions importantes concernant la loi et l’ordre, ainsi que la nature de la violence dans la vie publique américaine », a déclaré Pinn.

Malcolm X a connu la notoriété dans les années 1950 grâce à son ascension fulgurante vers le pouvoir en tant que membre de la Nation of Islam, prenant progressivement le pas sur le leader du groupe, Elijah Muhammad. Et Pinn d’affirmer : « Il a conquis l’attention du public et des médias grâce à ses talents d’orateur et à sa perspicacité. Il était néanmoins frustré par le refus de la Nation of l’Islam de participer au mouvement pour la justice sociale. »

Ce décalage a poussé Malcolm X à quitter la Nation of Islam en 1964 pour lancer sa propre campagne en faveur des droits civiques, ce qui a suscité la colère et le ressentiment de ses anciens camarades. « Son adhésion au Black Power, sa vive critique de la situation sociale et son charisme lui ont permis de se démarquer .Il critiquait sans ambages le racisme et le privilège des Blancs », a déclaré Pinn.

L’approche musclée de Malcolm X contrastait fortement avec la philosophie pacifique du leader du mouvement pour les droits civiques, le Dr Martin Luther King, Jr, et nombre de personnes le considéraient comme un leader militant. « Il s’opposait à la démarche non violente de Martin Luther King, qui se traduisait par le constat d’abus à l’encontre des Afro-Américains, comme moyen de (mettre) en évidence les échecs moraux et politiques des États-Unis », a déclaré Pinn, expliquant : « Il pensait que cette approche de la justice permettait simplement aux Blancs de garder le contrôle et minait la dignité des Afro-Américains. »

La personnalité publique de Malcolm X, qui attirait l’attention, a toutefois mis en évidence sa défiance à l’égard du racisme systémique en Amérique. « Il est important de se rappeler que Malcolm X parlait en termes d’autodéfense mais n’a jamais initié de confrontation physique », souligne Pinn. « Il soutenait que si les Blancs sont violents à l’encontre des Afro-Américains, les Afro-Américains doivent se défendre », affirme-t-il. Et alors que le Dr King disait « Je rêve de voir, un jour, des petits Afro-Américains, garçons et filles, tenir la main de petits Blancs, garçons et filles », Malcolm X incarnait le parfait opposé.

« Malcolm voulait également la séparation entre les Afro-Américains et les Blancs et était opposé à l’intégration », poursuit Pinn. Il interrogeait son auditoire en demandant : « Pourquoi devrions-nous nous intégrer dans un système fondamentalement problématique ? » Il pensait que l’intégration ne serait pas productive, car les Blancs ne renonceraient pas au pouvoir... (et) le fait de vivre ensemble ne mettrait pas fin à la suprématie blanche.« Malcolm X a été assassiné le 21 février 1965, alors qu’il prononçait un discours à l’Audubon Ballroom de New York. »Je crois vraiment que l’on va attenter à ma vie« , a-t-il déclaré publiquement avant son assassinat, dans des séquences d’archives tirées de la série documentaire Netflix de 2020 intitulée Qui a tué Malcolm X ? »Je suis probablement déjà un homme mort« , a-t-il lancé avec un sourire. »Malcolm savait que quelqu’un allait le tuer« , a déclaré Abdur-Rahman Muhammad, qui a mené des recherches indépendantes sur l’assassinat de Malcolm X pendant trois décennies et qui est au centre de la série documentaire. »Il s’y attendait même.«  »Au moment où il a quitté la Nation Of Islam, Malcolm avait beaucoup d’ennemis« , a poursuivi Muhammad, ajoutant : »Malcolm était considéré comme un traître parce qu’il s’était retourné contre son guide".

Trois hommes Afro-américains ont été arrêtés pour l’assassinat de Malcolm X. Deux d’entre eux n’étaient même pas sur les lieux de la fusillade ce jour-là. Le bureau du procureur du district de Manhattan à New York a rouvert le dossier en raison de la série Netflix, et les deux hommes condamnés à tort ont été exonérés et ont vu leur peine annulée en novembre 2021. Mais à ce jour, de nombreux conspirationnistes pensent qu’il y avait un véritable complot pour assassiner Malcolm X.

« Qui exactement est responsable de son assassinat ? - malgré l’arrestation effectuée - est encore une question qui reste entière pour beaucoup », a déclaré Pinn. « Certains pensent que c’est la Nation of Islam qui a au moins créé un environnement propice à ce que certains voient le meurtre de Malcolm X comme un acte positif. D’autres soutiennent que le gouvernement américain avait manifesté depuis longtemps sa détermination à éliminer les Afro-américains considérés comme une menace, et certains pensent donc que le gouvernement américain a joué un rôle. »

En avançant rapidement jusqu’à notre époque, beaucoup des enseignements et des philosophies de Malcolm X sont la motivation derrière le mouvement Black Lives Matter actuel. Avec la mort de nombreux Afro-américains tués par la police au cours des dernières années - George Floyd, Daunte Wright, Eric Garner, Tamir Rice, Michael Brown - l’héritage controversé de Malcolm X constitue un point de référence pour l’émancipation des Afro-Américains.

« Sa critique sociale a inspiré de nombreux mouvements de défense de la justice », a déclaré Pinn, ajoutant : « Je pense que l’on retrouve un peu de sa critique du pouvoir dans le Movement for Black Lives, un mouvement populaire de lutte pour la justice sociale qui se distingue par un mode d’organisation décentralisé et non hiérarchique ». Et Pinn de conclure : « Dans un contexte de suprématie et de privilèges blancs, quelle impulsion en faveur de la réforme (et) de la libération ne suscite pas de controverse  ? »

à lire aussi

Avec sa rébellion avortée, le Groupe Wagner a ouvert une brèche dans l’autocratie poutinienne
Decryptage Avec sa rébellion avortée, le Groupe Wagner a ouvert une brèche dans l’autocratie poutinienne
France : Le casse-tête corse d’Emmanuel Macron
Crise France : Le casse-tête corse d’Emmanuel Macron
Croissance L’Afrique subsaharienne francophone demeure le moteur de la croissance africaine
Marie Madeleine Mborantsuo, une femme gabonaise née pour servir l’hégémonie de la famille Bongo
Libre propos Marie Madeleine Mborantsuo, une femme gabonaise née pour servir l’hégémonie de la famille Bongo